Vous êtes ici

Comment devenir coach

Quelle formation pour devenir coach ?

L'étape suivante consiste à contacter toutes ces personnes pour les informer de la transition du candidat coach vers son nouveau statu et surtout sur la valeur ajoutée qu'il peut apporter à ses clients De nombreux débutants peuvent tomber dans le panneau de passer trop de à peaufiner une belle plaquette voire un site internet alléchant et ainsi éviter le face-à-face téléphonique ou de visu avec leurs prospects.

Il est beaucoup plus cohérent avec la démarche de coaching d'esquiver la question en répondant que cela dépend fortement de la de chaque client, et de tout de suite lui poser des sur ce qui pourrait le motiver à faire appel à un coach:  Quels sont en effet ses ambitions, , zones de développement ou challenges pour lesquels une relation de coaching pourrait lui être utile.

Le marché en est plein de ces certifications : RNCP, ICF, SFCOACH, EMCC + toutes les certifications auto-décernées par les organismes de formation eux-mêmes (nous le faisons aussi pour les stagiaires de nos propres  : après une journée d »examens avec des épreuves pratiques, les postulants sont certifiés ou non, selon leurs résultats.

Cela n’a rien à  voir avec un vrai cursus de formation de 12 jours ou plus parfois, avec de la pratique entre les sessions, des et des heures de training, éventuellement un mémoire à rendre…) Si vous n’êtes toujours pas convaincu que devenir coach professionnel nécessite une formation, regardez cette vidéo :-) et retrouvons-nous juste après, pour le prochain chapitre de cet article.

  gt; Le risque serait de vous lancer dans de grandes présentations gt; telles celles que le débutant a entendu lors de ses divers cursus gt; de formation:  « Le coaching c’est l’accompagnement du client gt; sans lui offrir de réponses ni lui donner d’options, mais plutôt gt; en lui posant des questions pour l’aider à clarifier sa propre gt; démarche et trouver ses propres solutions… et blablabla gt; et blablabla… » Lors de la discussion qui suivra, le gt; débutant risquera fort de se trouver en position de chercher à gt; convaincre, en défenseur du coaching, soucieux de bien faire gt; comprendre au prospect le cadre de référence spécifique du gt; métier.

  Ce néophyte risque de vouloir  expliquer au gt; prospect la complexité d’un processus et d’une gt; relation qu’il doit bien comprendre et auquel il doit gt; s’adapter, et cela très paradoxalement pour l’aider à se gt; développer de façon autonome… On le voit expliquer ce qu’est le coaching à un client ne vous permet pas de faire la démonstration que vous êtes un bon coach, mais au contraire risque de vous entraîner dans un discours pédagogique qui vous fera passer au mieux pour un formateur ou un consultant (voir à ce sujet : la ) plus que pour un coach… gt; Le problème n’est pas de défendre le bien fondé d’une gt; approche de coaching avec des définitions souvent complexes comme gt; le modélisent beaucoup de formations.

I l est beaucoup plus cohérent avec la gt; démarche de coaching d’esquiver la question en répondant que gt; cela dépend fortement de la demande de chaque client, et de tout gt; de suite lui poser des questions sur ce qui pourrait le motiver gt; à faire appel à un coach :   gt; gt; Quels sont en effet ses ambitions, enjeux, zones de développement gt; ou challenges pour lesquels une relation de coaching pourrait lui gt; être utile.

Je vous livre mon expérience : j’ai été coaché il y a quelques années par une personne qui démarrait dans la profession et possédait quasiment toutes les qualités requises que vous citez notamment la passion du métier, le travail, la ponctualité, la rigueur le physique, l’hygiène de vie, etc… sauf que entre les cours je n’avais aucun suivi, aucun appel , aucune question ou objectif, c’était finalement très « froid » comme démarche , et à cause de ça j’ai laissé tombé car je ne me sentais soutenu que pendant l’heure de cours.

CILIA dit : 27/05/2016 à 21:53 Excusez moi mais quand j’en vois certains des coach sportif je pense pas qu’il faut être un ancien sportif de haut niveau, il y a des personnes qui ont juste le brevet d’État ou le Bpjeps et il s’en sorte bien et ils sont auto entrepreneur, si il suffit de le vouloir arrêter avec vos stats Ce n’est pas un bon argument, laisser les gens s’intéresser au métier s’il le veulent au lieu de donner des conditions d’y accéder stop.

En effet, je reçois chaque mois deux ou trois mails de personnes souhaitant devenir coach qui me demandent des renseignements sur le métier, les formations à réaliser, les avantages et les inconvénients… Etant donné que mon temps est précieux et que je reçois des dizaines de mails par jour, j’ai eu l’idée de créer un article pour vous répondre et vous donner mon humble avis sur le sujet.

Pour aller plus loin

Formation coach comportemental

Il est en effet important de choisir entre des enseignements académiques du coaching débouchant sur un titre universitaire, tels qui sont souvent délivrés par des universités; de la pratique du coaching que vous trouverez plutôt dans des écoles privées de coaching, dont certains délivrent en plus un titre de coach professionnel inscrit au RNCP.

Devenir coach personnel sportif

Mais toutes ces personnes qui, jour après jour s’occupent de clients souhaitant perdre du poids pour maigrir , brûler des calories, entamer un renforcement musculaire, avoir un ventre plat, se tourner vers le sport santé ou le fitness , ne sont toutefois pas toutes sans diplôme et formation professionnelle .